Travaux

Insonoriser les murs de sa maison : pourquoi le faire et comment s’y prendre ?

L’insonorisation des pièces est l’une des caractéristiques les plus appréciées d’une habitation, car elle contribue de manière significative au degré de confort du logement, en améliorant l’habitabilité.

L’insonorisation n’est pas seulement réalisée par rapport à une source sonore externe à l’unité d’habitation dans son ensemble, mais aussi entre les différentes pièces internes qui la composent ; chaque zone, en effet, peut être insonorisée à la fois contre les bruits externes et internes, afin de limiter autant que possible les nuisances dues à la pollution sonore.

Dans cet article, nous verrons à quel moment il est nécessaire d’insonoriser les murs d’une maison et quels sont les travaux à effectuer pour obtenir un résultat adapté aux besoins.

Pourquoi insonoriser un mur ?

Comme nous l’avons déjà mentionné, l’insonorisation des murs d’une maison peut également être réalisée pour isoler chaque pièce des autres.

Dans de nombreux cas, en effet, certaines actions ou situations peuvent gêner les autres occupants de la maison ; les exemples sont nombreux : du volume trop élevé de la télévision ou de la chaîne stéréo au bruit de la plomberie dans la salle de bain ou la cuisine.

D’autres actions peuvent potentiellement causer une gêne en raison d’une mauvaise insonorisation : il suffit de penser aux conversations téléphoniques bruyantes, à l’utilisation de l’aspirateur ou aux appareils ménagers bruyants (tels que la machine à laver ou le sèche-linge).

Enfin, les bruits de pas peuvent également être une source de pollution sonore intérieure, bien que cela concerne principalement les plafonds et les sols.

Lire aussi :  Transformer un hangar en habitation : les étapes à suivre

Types de mesures d’insonorisation des murs

Pour insonoriser un mur, il existe différentes solutions ; certaines sont simples et immédiates mais dissuasives sans pour autant résoudre définitivement le problème (comme l’installation d’une bibliothèque murale ou la pose de joints sur les portes afin d’éliminer les courants d’air), c’est-à-dire la fermeture de l’espace ouvert (même de quelques millimètres) entre le profil inférieur du cadre de la fenêtre et la surface de marche.

Il est également possible d’appliquer des panneaux insonorisants autocollants sur le mur afin d’augmenter son épaisseur et sa capacité à filtrer les bruits provenant des autres pièces de la maison.

Cette solution est idéale pour ceux qui veulent s’essayer au bricolage; les panneaux s’appliquent très facilement. Si vous voulez éviter de les coller de façon permanente, vous pouvez, à l’aide de plaques en plastique et de bandes Velcro , installer rapidement un panneau amovible chaque fois que vous en avez besoin.

Pour mettre en œuvre cette solution, il suffit de suivre les étapes suivantes :

  • coller les plaques de plastique aux quatre coins du panneau (à l’aide de colle froide) ;
  • laisser sécher la colle pendant quelques heures ;
  • appliquer une paire de baguettes Velcro sur les plaques en plastique, en enlevant la pellicule qui protège les parties adhésives ;
  • s’assurer que le mur est lisse, sans fissures ni irrégularités ;
  • enlever la pellicule qui recouvre la partie adhésive des baguettes qui adhéreront au mur ;
  • appliquer le panneau en exerçant une légère pression.

Insonoriser ses murs : faut-il faire appel à un professionnel ?

Il existe également des interventions professionnelles, de nature structurelle, qui doivent être confiées à des techniciens compétents, capables non seulement de mettre en œuvre des solutions fonctionnelles, mais aussi d’évaluer quelle intervention est la plus appropriée, d’un point de vue technique, par rapport aux caractéristiques de l’environnement à isoler.

Lire aussi :  Comment enlever du silicone sur ses mains ?

En général, une insonorisation parfaite de l’ensemble de l’environnement implique l’installation d’une cloison ou d’un faux mur; l’objectif d’une intervention de ce type est de créer une structure isolante capable de filtrer le bruit.

D’un point de vue technique, une fausse paroi isolante pour l’insonorisation acoustique est constituée d’une structure métallique à l’intérieur de laquelle est placée une couche de matériau isolant (la laine de verre et la laine de roche sont les plus courantes), scellée par un double panneau de placoplâtre (d’une épaisseur comprise entre 20 et 30 mm).

Il est également possible d’isoler acoustiquement au moyen d’un panneau couplé (plaque de plâtre avec un matériau isolant tel que la laine de verre) collé et chevillé directement sur le mur existant.

Comments are closed.